Diviser pour mieux régner ?

Par défaut

                                          Grandes lignes d’une apologie de la Discorde.

Mariage de Thétis et Pélée par Edward Burne Jones (1873). Tous droits réservés. Birmingham museums and art gallery.www.bmag.co.uk. Eris en bleu à droite, lance la pomme de la discorde parmi les convives, à la suite de quoi succède la guerre de Troie.

Mariage de Thétis et Pélée par Edward Burne Jones (1873). Tous droits réservés. Birmingham Museums and Art Gallery. http://www.bmag.co.uk.
Eris en bleu à droite, lance la pomme de la discorde parmi les convives, à la suite de quoi succède la guerre de Troie.

« Celui qui, lors d’une ‘stasis’ dans la cité, n’aura pas pris les armes avec l’un des deux partis, qu’il soit privé de ses droits et n’ait plus part à la cité » – Solon (propos rapportés par Aristote dans Les politiques.)

 

La stasis, à la fois discorde, sédition et stabilité induite par le « lien de la division » (Nicole Loraux) semble générer l’effroi d’un agir politique conflictuel à l’ère du tout s’achète, se vaut et se dit. « Idiotie » selon les termes énoncés par Périclès, de ceux/celles qui refusent la confrontation par le logos– raison en acte- au sein de l’espace public par repli, indifférence, caprice ou irénisme. Bien sûr, les athéniens n’étaient pas étrangers à l’angoisse de la division- pour autant, impossible d’éviter les manifestations « impropres » au sein de la polis, car citoyens concernés et responsables de l’orientation de la cité et du bien vivre. Le caractère « impropre » des actions publiques,  lesquelles ne souffrent guère d’une dichotomie avec la pensée ou ladite ‘théorie’ – car toute pensée est mode de la praxis, résident en ce qu’elles ne relèvent pas des intentions (personnelles), croyances, nécessités ou appartenances identitaires. « Sphère de visibilité » selon Hannah Arendt, au sein de laquelle les citoyen-n-es sont juges.

Mais bien entendu, quelle hérésie est-ce là que cette notion barbare : jugement ! Espace public (post)moderne imbibé d’incantations judéo-chrétiennes sous fond pornographique : «  Ne juge pas si tu ne veux pas être jugé [ajoutons à cela – mes seins, mes cuisses, mes fesses, outils pratiques de revendications ou bien parties à vendre, soit encore le  voile d’impureté pour une affirmation fière d’assujettissement sous-couvert spirituel – ‘c’est mon choix, tu n’as rien à dire’) », les évangiles réactualisés – voilà que l’on exhorte nos congénères d’être dans notre tête, notre moi profond, « soïté » souveraine et tel un commandement divin, nous devrions nous y soumettre sans la moindre critique, rédemption et paix assurées. Ainsi Gilles Lipovetsky définit-il l’espace public de telle sorte qu’ «  à mesure que le narcissisme croît la légitimité démocratique l’emporte, fût-ce sous le mode cool » (L’Ere du vide, 1989).

Autrui est nous-mêmes, gardons-nous donc de penser, d’échanger, bref de communiquer – que chacun-e soit à notre image ou se taise à jamais. « Diviser pour mieux régner » dit le proverbe romain (et les manuels de sociologie qui aiment à considérer les groupes sociaux comme des troupeaux) –mais il n’en a jamais été question. En effet, considérons (a contrario)  la thèse bien connue de Pierre Clastres – que nous n’aborderons pas dans le détail dans cette mini-chronique d’été sous le signe de la bonne humeur- dans son Archéologie de la violence (entre autres) concernant les sociétés ‘sans Etat’.  Ainsi nous déclare l’anthropologue, le pouvoir politique des sociétés primitives prend racine dans le social. Et ce n’est qu’avec l’émergence de l’Etat qu’apparaissent les divisions au sein de la communauté dont l’instance étatique a pour mission de canaliser. Malheur donc la tribu Tupi Guarani qui laisserait entrevoir les germes d’une émergence étatique, lorsque les chefs n’en ont pas assez de leur rôle de médiateurs et se posent en prophètes. Il semble que les contradictions des interprétations de Clastres soient plus ou moins évidentes.

Premièrement et crucialement pourrions- nous ajouter, comme l’a souligné Claude Lefort dans Ecrire : à l’épreuve du politique (1995), il est assez hâtif de conclure que la domination résulte de la division, lorsqu’elle est manifestement coutume dans les sociétés primitives ‘unifiées’. Le pouvoir politique est un pouvoir social, ‘institué’ et non conçu comme ‘instituant’ (à l’inverse de la Grèce ancienne). La loi est celle des ancêtres et n’est pas à la vue du corps social, elle n’est pas pensée. Au contraire, des rituels de scarifications sont pratiqués pour graver la loi ancestrale sur le corps – discuter sur le légitime ou l’illégitime, juger en somme, n’est  même pas envisageable. Ainsi pour régner, il faut que la figure de l’ « Un » oriente, domine, homogénéise. Mais cela n’est pas la seule condition. Pour régner, l’investissement pluriel de la sphère publique doit être tout simplement empêché (et la sphère en question est inexistante). Comme le rappelle Hannah Arendt dans La Crise de la culture (1961), le tyran règne parce qu’il n’y a pas d’intervalle entre les citoyen-n-es, intervalles qui permettent la rencontre d’antagonismes, l’échange et la confrontation – contrairement à la ‘distance’ : « Un Etat où il n’y a pas de communications entre les citoyens et où chaque homme ne pense que ses propres pensées est par définition une tyrannie ».

Ainsi le jugement, cette « faculté politique par excellence » souligne l’auteure, est ce qui garantit l’espace public au sein duquel les citoyen-n-es communiquent et agissent. Pratiqué par les Athéniens et conceptualisé par Aristote, celui-ci indique que le jugement relève de la « raison pratique » (nous praktikos), et puisque ne dépend d’une vérité contraignante, requiert la prudence, laquelle sous-tend le « bon agir ». Qu’il n’y ait pas d’énoncés irréfutables ne dédouanent pas les citoyen-nes de leur responsabilité d’élucidation, au contraire, juger doit donner lieu à des propositions dont la portée est potentiellement générale. Ainsi en termes kantiens, « penser de manière élargie », n’équivaut pas (du tout !) à se mettre à la place de l’autre comme si ses propositions valaient indépendamment de considérations intermédiaires, mais à évaluer les jugements « possibles » pour étayer ou contredire le jugement qui est le nôtre et en faire un énoncé valide et partagé.

Point de narcissisme à l’horizon, point de compassion à l’égard de bonnes intentions, point de pitié pour lesdites opprimées – mais un investissement franc et digne de la sphère politique.

La division est l’indice de maturité politique d’une organisation sociale – le conflit étant la traduction politique des divisions sociales. La mise en question et la contestation explicites des fondements des principes, et non seulement la dénonciation des normes sociales, la sédition en somme, est ce qui donne lieu à l’unité – « discriminons pour mieux gouverner », et non régner pourrait-on dire. La discrimination étant celle de principes et non d’individu-es a priori– contre toute hypocrisie consensuelle qui prétendrait à l’œcuménisme aseptique, faisant de la cité une puissance agrégative de « différences » prétendument incarnées, indiscutables et indiscutées.

Aussi, l’exercice des capacités politiques requièrent une prise de position dont il est possible de justifier clairement les fondements face aux concitoyen-nes– autrui n’étant pas soi-même, et le ‘for intérieur’ étant par définition … intérieur et non mondain. Ces divisions vont de pair avec l’institution d’une « bonne constitution politique » (eunomia, la bonne loi, l’ordre)- du moment qu’elles ne sont pas patho-logiques (hybris) ou catégorielles et manifestent un souci quant au bien public.

Ce cadre général de l’aspect créateur du conflit permet d’entrevoir les pratiques alternatives possibles pour les groupes politiques, et de femmes tout particulièrement.

Ainsi avons-nous souvent déclaré : « le patriarcat divise la classe des femmes », ce qui en apportant attention, ne veut rien dire. Comment le ‘patriarcat’ pourrait-il diviser la ‘classe des femmes’ si cette classe est l’objet du système en question ? Une fois encore, l’affaire n’est pas de division de celles dont on a accaparé les capacités politiques d’agir précisément et explicitement de façon singulière et concerté – mais justement, de la déférence à l’égard du corps masculin, dont les principes de constitution ne devraient en rien être contestés.

Ce qui semble être en fait entendu, est que les femmes ont des intérêts communs en tant que classe définie comme « opprimée », et que toute légitimation et identification aux significations patriarcalistes relèvent d’une aliénation, car ne savent pas ou éventuellement volontaires. La notion de « servitude volontaire » implique au passage que l’on ne peut se satisfaire de la définition étymologique de l’aliénation – à moins de faire du sociologisme. Il existe des déterminations et des facteurs qui conditionnent le comportement, mais ne le déterminent pas en tout et pour tout. Connaître les rouages de la domination ne conduit pas à sa contestation, ce qui montre en l’occurrence que l’émancipation n’est pas affaire de calcul et d’immédiateté.

C’est ainsi que la notion de classe comme objet, de classe ‘objective’ reste également discutable. Il n’y a de classe des femmes que parce qu’il y a mobilisation des femmes qui manifestent un tort au sein de la sphère politique. Ni avant, ni après. Et c’est précisément l’analyse et la compréhension des faits, sociologiques, anthropologiques, etc. qui permettent de « s’identifier à la cause générale» (Jacques Rancière) pour instituer des normes juridiques notamment, et pour ce faire, l’on ne peut se passer de la faculté de juger.

La précision des revendications dénotent ainsi sans confusion la teneur politique du féminisme. Le féminisme n’est pas une propriété privée, de même qu’assumer le conflit ne consiste pas à  se cacher derrière des slogans fourre-tout, succédés d’un «C’est mon choix ». Ce qui ne se justifie pas n’a pas sa place dans le domaine public.

Partant, il est plus qu’insultant d’appeler les femmes à la communion sous couvert ‘sororal’ car honnêtement, qui n’a jamais eu de points de désaccord avec sa sœur ? Et plus sérieusement, il s’agit là d’une négation fondamentale du principe d’égalité puisque les discussions sont reléguées au « crêpage de chignons » et pire encore, ce « voyage en Icarie » ne permet pas de concevoir des normes communes adéquates et rigoureuses, étant entendu que les femmes sont stupides et ne peuvent confronter leurs avis et donc inaptes à la création politique.

Les principes de la phallocratie ne changent pas quant à eux, et se trouvent réactualisés dans cette pratique qui consiste à maintenir les femmes en troupeau de suiveuses et de cheffes. Il n’est pourtant pas sûr que les féminicides soient condamnés en suivant cet élan de « minorisation » féminine – pas plus que l’opposition effectivement contrariée.

Par conséquent, la division n’est pas à craindre – au contraire, un engagement collectif efficace et de valeur requiert une autocritique. Nul besoin de materner les interlocutrices pour interagir. Cela est un gage de respect que de délibérer communément en assumant le dissensus, ou alors, le féminisme associatif serait des plus acceptables s’il prenait les femmes pour des « petites natures » ?

La division est une force liante dont l’actualisation par excellence est au sein de l’espace public. Elle n’est pas sauvage, mais suffisamment pensée et articulée pour garantir une configuration politique nouvelle et responsable. Le pouvoir politique est donc discriminant de principes. Penser, c’est juger. Penser politiquement requiert une confrontation sincère et mesurée, et dont le souci premier reste l’orientation de la Cité. Tel devrait être la visée du féminisme, bien loin du registre thérapeutique, plus qu’insultant qui plus est.  

 Dans ces conditions éristiques, régner est tout simplement impossible.

 

Virginia PELE, 08/2014.

© Women’s liberation without borders 2014

Unauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to Women’s liberation without borders with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest, the author’s permission is required.

Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillements- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation ( article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . La permission formulée et explicite de l’auteure est également exigée.De la même manière, concepts,termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates: guillemets, liens, extraits de texte, auteure- avec accord de l’auteure. En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.’

"

  1. « Diviser pour mieux régner » est surtout dit à toutes les sauces (tout comme la sororité) et cela perd de son sens, je trouve. J’ai quelques interrogations, « discriminer pour mieux gouverner » me semble à la lecture très clairvoyant, mais la discrimination ne permet-elle pas mieux de diviser les femmes en des classes sociales justement afin de nous hiérarchiser aisément ?

  2. Ah, déjà, est-ce qu’il est clair dans le texte que « discriminer pour mieux gouverner », n’est pas un mal, et pas du tout le corolaire de « diviser pour mieux régner » ? Puisque la question ici n’est justement plus en termes de catégories sociales – ce sont les principes qui sont examinés, jugés et tranchés.

    Le problème de l’approche sociologisante, et qui dépasse de loin la sociologie dans le domaine politique, c’est qu’elle réduit l’action publique à l’action particulière, catégorielle, identitaire, voire psychologique-sociale en somme, comme si le social se suffisait à lui-même. Alors on a l’effet poupées russes : les femmes blanches oppriment les femmes noires, les femmes riches blanches etc etc …. et c’est cela qui met en difficulté le « gouverner » au profit du ‘ »régner », puisque l’inclination, le sens et l’intention globale ne sont pas mises au jour – étant entendu que gouverner suit l’institution de normes communes, non pas des normes pragmatiques comme l’on veut nous faire avaler aujourd’hui.

    C’est cela « l’impropre » : lorsque les femmes luttent pour l’abolition de la prostitution comme on le sait, ce sont les droits fondamentaux et sociaux des femmes que l’on fait valoir, une rupture avec les places assignées, un ‘à-venir’ et ce n’est plus simplement de l’ordre de la ‘conservation de soi’ ni ne relève du fonctionnalisme.

    Donc que les femmes s’identifient plus ou moins avec les principes et valeurs patriarcales, au fond, ce n’est pas cela le problème, puisque l’intériorisation est le propre de chaque société. Le problème c’est lorsque la relative « clôture cognitive » est telle que les femmes deviennent soit superflues (impossible de penser, d’avoir une position réflexive), soit que, constatant l’arbitraire, se contentent de la transgression et du retrait égotique. L’envahissement compassionnel et pornographique de l’espace public est ce qui maintien les femmes dans l’unité déférente. Puisqu’à l’inverse, il y a ce que les grecs appellent ‘phronein monos’, avoir raison ‘seul-es’ – « c’est mon choix, et tais-toi ». Ou encore dans une logique tribale : ‘tu as telles ou telles caractéristiques objectives, donc tu ne peux rien d’autres que la totalité des déterminations’.

    Ce sont des données pré-politiques qui ne rendent ni compte, ni raison des principes en œuvre et potentiellement émergents. Dans une perspective plus constitutionnaliste, il n’y a pourtant que les principes qui portent une communauté politique au-delà d’elle-même si l’on peut dire. Le mouvement ouvrier était par exemple un mouvement politique, et non pas simplement social. Il avait pour objet de redéfinir l’espace commun à partir d’un investissement politique (je passe la ‘dictature du prolétariat’ marxiste cela dit), en dénonçant l’égoïsme, en substantialisant la ‘fraternité’ (que l’on peut critiquer d’un point de vue féministe), par le droit du travail etc. Ils/elles (surtout elles!) ne se sont pas contenté-e-s de réagir comme des automates aux conditions économiques, il y avait un projet plus ou moins élaboré et c’est cela qui fonde son caractère révolutionnaire.

    Tout cela pour dire que la division politique n’est pas et ne peut pas être identitaire. La division fait valoir le sens, l’orientation et cela peut susciter la discorde ou du moins la discussion. Il se peut que les femmes ne soient pas toutes d’accord, mais nous ne sommes pas dans le registre de la ‘conversion’ si ce n’est de la confrontation (des propositions) et de la conviction. L’on ne peut pas prétendre agir dans un espace pluriel et le faire dépendre de données particulières, fixes qui font forcément d’autrui un étranger ou une réplique. Et l’on ne peut pas faire l’autruche en prétextant la neutralité ou une position médiane. Dans ce cas, la politique n’est plus création mais est annexée à la répétition et l’état de fait propre au domaine social (conception libérale).

    En conséquence, si le conflit est assumé, ce ne sont pas les femmes qui sont hiérarchisées, mais les principes. C’est tout l’enjeu du débat politique et l’objet de l’action, cela à des fins institutionnelles.

    Merci pour votre question, n’hésitez pas si vous voulez encore des précisions🙂

    Virginia PELE, 10/08/2014.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s